Big Data / Bases de données de graphes

Neo4j lance une version open source de son langage de requête de graphe Cypher, avec le soutien d’entreprises leaders

Le projet openCypher vise à rendre l’interrogation des graphes accessible au plus grand nombre, avec l’appui d’Oracle, Databricks, Tableau et d’autres grands noms du secteur

 

Neo Technology, créateur de Neo4j, la première base de données de graphe du marché, annonce le lancement d’openCypher, un projet open source visant à rendre Cypher® – le langage de requête de graphes le plus utilisé au monde – accessible aux fournisseurs de technologies en tant que langage universel pour l’interrogation des données de graphe.

La création d’openCypher marque un tournant dans l’évolution du domaine des données de graphe. A l’instar de SQL pour les bases de données relationnelles, Cypher promet d’accélérer l’adoption du traitement et de l’analyse des graphes à travers le monde en facilitant l’accès, à partir de toute plate-forme de stockage, d’analytique ou d’outils, à des capacités de graphe au moyen d’un langage de requête universel.

Des centaines de milliers de développeurs et d’analystes utilisent d’ores et déjà Cypher, et la majorité de ceux qui découvrent les bases de données de graphes le font à travers ce langage.

Non content d’avoir suscité un large enthousiasme au sein de la communauté des utilisateurs, Cypher est actuellement pris en charge par de nombreux éditeurs d’outils, constituant un socle solide de compétences et de support. Ce langage de requête présente de robustes antécédents et a fait ses preuves sur le terrain, avec des dizaines de milliers de déploiements.

openCypher offre la promesse d’accélérer un domaine des données de graphe déjà en plein essor : accroissement de la valeur sur le marché et de la réutilisation des compétences pour les utilisateurs, facilité de prise en charge de multiples backends de base de données pour les éditeurs d’outils et, pour les entreprises comme les utilisateurs finaux, les avantages de l’indépendance vis-à-vis des technologies.

Parmi les premiers promoteurs d’openCypher figurent Neo Technology, Oracle, Databricks (la société à l’origine d’Apache Spark), Tableau, GraphAware, GrapheneDB, Graph Story, GraphGrid, Information Analysis Incorporated (IAI), Linkurious, Structr et Tom Sawyer Software.

Le projet openCypher vise à faciliter aux fournisseurs de technologies la mise en œuvre de Cypher dans leurs outils et plates-formes. openCypher proposera aux utilisateurs des produits compatibles Cypher mais aussi, à terme :

  • une spécification du langage Cypher sous licence Creative Commons ;
  • une mise en œuvre de référence distribuée sous licence Apache 2.0 et comprenant les principaux modules nécessaires au déploiement de Cypher, disponibles dans le cadre d’une licence open source permissive ;
  • un kit de compatibilité technologique (TCK) incluant des tests pour les fournisseurs ;
  • une documentation de référence pour les différentes versions de Cypher.

 

En tant que langage de requête de graphe, Cypher permet aux utilisateurs de se concentrer sur leur domaine sans avoir à se perdre dans les arcanes de l’accès aux données. Il a vocation à être accessible aux développeurs comme aux responsables opérationnels.

 

Expressif et efficace, Cypher est intuitif et ne nécessite pas les efforts habituellement liés à l’apprentissage d’un nouveau langage. Ce langage est très apprécié des utilisateurs, ce qui en fait un candidat particulièrement solide sur le plan technique, pour sa puissance, son caractère familier et sa facilité.

 

Citations

« Oracle est un fervent partisan des API et langages standard et ouverts. A l’instar de SQL, nous pensons que les standards de langages ouverts accélèrent l’adoption des plates-formes et des concepts. Avec le lancement d’Oracle Big Data Spatial and Graph et forts de notre gestion de longue date des données spatiales et des graphes dans Oracle Database, nous sommes très heureux de contribuer davantage encore à la communauté des graphes. A l’heure où openCypher prend forme, nous sommes impatients d’offrir aux utilisateurs Oracle des interfaces standard afin de simplifier l’accès aux données de graphe. »

– Çetin Özbütün, Senior Vice President, Data Warehousing & Big Data Technologies, Oracle

 

« Le traitement de graphes s’affirme comme une composante indispensable de l’arsenal Big Data moderne. Le langage de requête Cypher de Neo4j a grandement accéléré l’adoption des bases de données de graphes. Nous nous réjouissons d’intégrer dans la pile Spark les capacités de Cypher en matière de comparaison de motifs de graphe, afin de rendre les requêtes de graphes accessibles au plus grand nombre. »

– Ion Stoica, CEO et fondateur de Databricks

 

« Tout comme SQL a servi de tremplin il y a plus de 30 ans pour propulser la technologie des bases de données relationnelles sur le devant de la scène, nous nous attendons à ce que Cypher ait un effet comparable sur l’adoption des bases de données de graphe. Des entreprises telles que Google, Facebook et LinkedIn ont mis à profit le traitement des graphes pour transformer leur domaine respectif. openCypher va accélérer cette tendance, en facilitant aux entreprises de toute taille l’accès à cette même puissance de transformation des graphes. »

– Emil Eifrem, CEO, Neo Technology

 

Pour en savoir plus sur openCypher, rendez-vous sur www.opencypher.org

 

Liens utiles

# # #

A propos de Neo Technology

Neo Technology est le créateur de Neo4j, la base de données de graphes leader mondial, qui propulse les relations entre les données au premier plan.

Depuis la recommandation de produits et de services personnalisés, en passant par les sites qui offrent des fonctions de réseaux sociaux, les diagnostiques réseaux des opérateurs de Télécoms, les entreprises qui réinventent la gestion des données de référence, des identités et des droits d’accès : les chercheurs de Neo Technology, pionniers des bases de données de graphes, jouent un rôle clé dans la diffusion de la puissance du graphe auprès de nombreuses organisations internationales. De grandes entreprises, dont Airbus, SFR, Meetic, Glowbl, TraceOne, Walmart, eBay, UBS, Nomura, Cisco, CenturyLink, HP, Telenor, TomTom, Lufthansa, et The National Geographic Society, comme des startup telles que Medium, Polyvore, Zephyr Health, et Elementum utilisent Neo4j pour dégager une valeur commerciale des relations entre les données.

Neo Technology est une société à capitaux privés, financée par Fidelity Growth Partners Europe, Sunstone Capital, Conor Venture Partners, Creandum et Dawn Capital dont le siège social est situé à San Mateo (Californie). Elle est implantée en Suède, au Royaume-Uni, en Allemagne, en France et en Malaisie. Pour plus d’informations : Neo4j.com.